africa4

Promotion du Projet AfricaInteract ...

Du 02 au 04 mars 2016, s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération à Brazzaville, en République d...

Le champion Roger NGOUFO (2ème à partir de la gauche),
paneliste au cours d’un événement parallèle

Deux champions AfricaInteract appor...

[caption id="attachment_1656" align="alignleft" width="300"] Le champion Roger NGOUFO (2ème à partir de la gauche),paneliste au cours d’un événement p...

IMG_9642

Exposition au forum de haut niveau ...

Le CORAF/WECARD a animé un stand d’exposition pendant les quatre jours du Forum de haut niveau des acteurs de l’Agriculture Intelligente face au Cli...

IMG_9576

Agriculture intelligente face au Cl...

  Du 15 au 18 juin 2015, à Bamako, les acteurs et partenaires des questions de changement climatique se sont retrouvés pour échanger leurs experienc...

Contexte du projet

Vu la pauvreté déjà généralisée sur le continent, le changement climatique est un enjeu clé du développement en Afrique. Il y a des risques pour la sécurité alimentaire, les moyens de subsistance et la santé. Malgré l’existence de preuves irréfutables que le climat change, il y a beaucoup d’incertitudes sur le rythme, l’ampleur et les impacts du changement climatique sur les différentes sous-régions, les nations, les communautés et les contrées.

Ces incertitudes rendent les décisions politiques plus complexes et amplifient la nécessité pour l’Afrique de renforcer sa base de connaissances et d’analyse et de renforcer les capacités des institutions nationales et régionales pour traiter les questions liées au changement climatique. En savoir plus sur le projet →

Activités ↓

Promotion du Projet AfricaInteract et plaidoyer pour l’adaptation aux changements climatiques en Afrique Centrale

Du 02 au 04 mars 2016, s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération à Brazzaville, en République du Congo, l’atelier sous régional des plateformes REDD+ et Changements Climatiques de la Société Civile des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC).

L’atelier a réuni une quarantaine de participants représentant les plateformes REDD+ et changements climatiques des pays de l’espace COMIFAC, les représentants des Peuples autochtones et les responsables Information-Education-Communication (IEC) des Coordinations Nationales REDD (CN/REDD), venus du Cameroun, de la République Démocratique du Congo, de la République Centrafricaine, du Gabon, de la Guinée Equatorial et de la République du Congo.

Il avait pour objectif général de faciliter la structuration sous régionale des plateformes nationales REDD+ et changements climatiques de la société civile pour une meilleure implication et participation au processus REDD+.

A l’issue de cette rencontre, un bureau de Coordination Régionale de la Plateforme REDD+ et Changements Climatiques de la Société civile d’Afrique Centrale a été mis en place.

Au vue de l’objectif du projet AfricaInteract qui est une plateforme destinée à faciliter le dialogue entre la recherche et les politiques pour l’adaptation au changement climatique en Afrique impliquant un large éventail d’acteurs africains en Afrique subsaharienne dont les membres de la société civile, les chercheurs, les décideurs politiques, les bailleurs de fonds et les entreprises du secteur privé, actifs dans le domaine du changement climatique en général et de l’adaptation au changement climatique en particulier, le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC qui coordonne la composante Afrique Centrale du projet, a jugé opportun l’atelier des plateformes REDD+ et changements , pour informer ces dernières du projet AfricaInteract et mener un plaidoyer pour l’adaptation aux changements climatiques.

Le Point Focal AfricaInteract pour l’Afrique Centrale Présente le Projet et les résultats obtenus dans la sous région

Le Point Focal AfricaInteract pour l’Afrique Centrale Présente le Projet et les résultats obtenus dans la sous région

C’est à cet effet que le point focal AfricaInteract pour l’Afrique centrale, M. Michel NDJATSANA a participé à l’atelier des organisations de la société civile d’Afrique Centrale de Brazzaville.

Les points suivant ont constitué les temps forts de la participation du Point Focal AfricaInteract pour l’Afrique centrale :

  • La présentation du projet AfricaInteract,
  • La présentation des résultats du projet en Afrique centrale,
  • L’échange sur les perspectives réalistes avec les participants et,
  • La remise aux délégations, des exemplaires des études réalisées en Afrique centrale sur la revue de la recherche et des politiques relatives à l’adaptation aux changements climatiques dans les zones urbaines et les domaines de la santé et de l’agriculture.

La majorité des pays membres de la COMIFAC sont engagés dans la mise en œuvre du mécanisme REDD+. Ils souhaitent en faire un outil de développement pour atteindre l’objectif de développement durable que la plupart se sont fixé dans leurs  documents stratégiques nationaux d’une part et, d’autre part, d’émergence.

Si la REDD+ est globalement considérée comme un outil d’atténuation, la conviction des participants a été renforcée, après les échanges intenses et fructueux qui ont suivi la présentation du Point Focal AfricaInteract pour l’Afrique Centrale, de la nécessité pour l’Afrique en général et l’Afrique Centrale en particulier, à cause de sa grande vulnérabilité, de s’adapter également aux impacts des changements climatiques.

Conscients du fait que des actions menées sur la base d’informations fiables sont susceptibles de générer des résultats satisfaisants, les participants ont exprimé le souhait que le projet AfricaInteract mette désormais à la disposition des plateformes et de la coordination régionale mise en place à Brazzaville, toutes les informations pertinentes en rapport avec l’adaptation aux effets des changements climatiques afin que ces informations soient relayées au niveau de leurs organisations de base qui se chargeront à leur tour de sensibiliser et informer les différents acteurs au niveau local et national.

Mme Jeanne-Marthe Minkoue-Mi-Ella, Point Focal au Gabon du Réseau des Populations Autochtones et Locales pour la gestion durable des Ecosystèmes forestiers d’Afrique Centrale (REPALEAC/Gabon), reçoit des mains du Point Focal AfricaInteract pour l’Afrique Centrale les rapports de la revue réalisée

Mme Jeanne-Marthe Minkoue-Mi-Ella, Point Focal au Gabon du Réseau des Populations Autochtones et Locales pour la gestion durable des Ecosystèmes forestiers d’Afrique Centrale (REPALEAC/Gabon), reçoit des mains du Point Focal AfricaInteract pour l’Afrique Centrale les rapports de la revue réalisée

Le Point Focal AfricaInteract pour l’Afrique Centrale remet un jeu de 03 exemplaires des rapports sectoriels de la revue réalisée dans le cadre du Projet en Afrique Centrale au chef de la délégation de Guinée Equatoriale

Le Point Focal AfricaInteract pour l’Afrique Centrale remet un jeu de 03 exemplaires des rapports sectoriels de la revue réalisée dans le cadre du Projet en Afrique Centrale au chef de la délégation de Guinée Equatoriale

 

Nous sommes d’autant plus confiants de l’efficacité de cette approche d’échange d’informations, que deux champions AfricaInteract, déjà responsables de deux importantes plateformes REDD+ et changements climatiques au niveau de leurs pays respectifs ont, par ailleurs, été élus par leurs pairs respectivement Coordinatrice Régional (Mme Cécile NDJEBET – Cameroun) et Secrétaire Général (M. Bernard MABOUNDA – République du Congo) de la Plateforme REDD+ et Changements Climatiques de la Société civile d’Afrique Centrale, au terme des travaux de la rencontre de Brazzaville.

Michel NDJATSANA,

Point Focal AfricaInteract pour l’Afrique Centrale

Deux champions AfricaInteract apportent l’appui technique aux négociateurs de l’Afrique Centrale lors de la 21ème Conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CdP 21) sur le site du Bourget à Paris (France)

Le champion Roger NGOUFO (2ème à partir de la gauche), paneliste au cours d’un événement parallèle

Le champion Roger NGOUFO (2ème à partir de la gauche),
paneliste au cours d’un événement parallèle

 

Grâce à l’appui financier du Projet AfricaInteract, deux (02) champions de l’Afrique Centrale, le Professeur NGOUFO Roger et Madame NGOH NJOUME NDEDIE Téclaire ont apporté un appui déterminant aux négociateurs de l’Afrique centrale à la CdP 21 du 30 novembre au 12 décembre 2015 sur le site de Paris le Bourget. Les deux Champions qui sont membres du réseau d’experts d’appui au Groupe africain de négociateurs (AGNES) ont, tout au long de la Conférence de Paris sur le climat, apporté un appui technique aux négociateurs, sur la base de leurs expériences.

Les deux champions qui sont arrivés à Paris le Dimanche 29 novembre 2015, ont procédé le même jour à la reconnaissance du site de la Conférence. Accrédités, à la demande de leur Point Focal National de à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), les deux Champions ont pu participer pleinement aux différentes séances de négociation et ont ainsi apporté de manière efficace l’appui technique aux négociateurs sur les divers sujets d’intérêt pour la sous région, encore sous négociation.

Par ailleurs, l’équipe des champions a participé quotidiennement aux réunions de débriefing des délégués des pays membres de la COMIFAC sur lévolution des négociations qui se tenaient chaque jour au Hall 8 de 9 heures à 10 heures. Ces réunions leur ont permis de s’imprégner des points d’intérêt défendus par le groupe Afrique en général et par les pays membres de la COMIIFAC en particulier et ainsi que sur les points objet de négociation à évacuer. Ces rencontres ont constitué l’occasion idoine qui leur ont permis de partager leurs connaissances et expériences sur les sujets évoqués.

Les deux champions de l’Afrique centrale ont également participé à plusieurs évènements pertinents. Parmi ceux-ci, l’on peut ainsi noter entre autres:

- l’évènement parallèle organisé par  l’UICN sur le thème « Le processus REDD+ en Afrique Centrale : leçons apprises, enjeux et défis », aux côtés du point focal CCNUCC pour le Cameroun. Au cours de cette séance, le livre sur l’expérience camerounaise de la REDD+, préparé par Roger NGOUFO, Amougou Joseph Armathé et Rémi Jiagho, et préfacé par le Ministre de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable du Cameroun a été exposé et des exemplaires distribués ;

- l’événement parallèle sur le Fonds Français pour l’Environnement-Programme de petites initiatives en faveur des organisations de la société civile en Afrique ;

l’événement parallèle sur les « Atouts et défis des écosystèmes forestiers d’Afrique Centrale dans la lutte contre les changements climatiques » qui a regroupé les représentants de l’Union Européenne, du Fonds Vert pour le Climat, de l’AFD, de la CEEAC et de la COMIFAC.

Enfin, les champions ont participé aux deux rencontres AfricaInteract qui se sont tenues respectivement le 06 décembre 2015 à l’hôtel Campanile (Bobigny) et le 07 décembre au Pavillon Africain sur le site de la Conférence au Bourget.

Forts de cette expérience fructueuse de Paris,  les champions d’Afrique Centrale se préparent à relever les grands défis qui se posent par rapport à l’opérationnalisation de l’Accord global sur la lutte contre les changements climatiques adopté par la communauté internationale le 12 décembre 2015 à Paris en général et, en particulier, en matière d’adaptation des couches vulnérables aux impacts du changement climatique. Ils s’activent en effet à  mieux contribuer aux exercices futurs d’élaboration de positions et de soumissions de vue communes de la sous région.

La championne Téclaire NGOH NJOUME NDEDIE (extrême gauche), l’Assistante de AFricaInteract, le SE et SEA COMIFAC

La championne Téclaire NGOH NJOUME NDEDIE (extrême gauche), l’Assistante de AFricaInteract, le SE et SEA COMIFAC

 

Faut-il le rappeler, le projet AfricaInteract, en effet,  a été conçu comme un cadre de renforcement du dialogue entre la science et les politiques. Il a connu une première phase de réalisation qui s’étendait du 1er Avril 2011 au 31 Mars 2014 et se trouve présentement en phase d’extension. Il vise essentiellement l’établissement de liens entre la Recherche et les politiques à travers la mise en place d’une plateforme appropriée pour l’Interaction entre les principaux acteurs,  notamment les chercheurs et les décideurs politiques dans l’adaptation au changement climatique.

 

 

A l’issue de la rencontre continentale organisée à Nairobi en avril 2015 en vue de préparer les échéances futures sous la CCNUCC, il s’est dégagé un consensus général sur la nécessité d’établir un réseau d’experts destiné à apporter un appui au groupe africain de négociateurs (AGNES) sur la base de preuves scientifiques éprouvées sur les questions relatives au changement climatique en Afrique.

AfricaInteract est financé par le Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI) et coordonné par le Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement agricoles/West and Central African Council for Agricultural Research and Development (CORAF / WECARD), sous les auspices du Forum Africain pour la Recherche Agricole (FARA). La coordination des activités régionale est assurées par l’Association pour le renforcement de la recherche agricole en Afrique du Centre et de l’Est (ASARECA) – Afrique de l’Est ; le Réseau pour l’analyse des politiques sur l’alimentation, l’agriculture et les ressources naturelles (FANRPAN) – Afrique Australe ; Energie – Environnement et Développement (ENDA) – Afrique de l’Ouest et la Commission des forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) – Afrique Centrale.

 

Photo de la grande famille AfricaInteract à la CdP 21 à Paris

Photo de la grande famille AfricaInteract à la CdP 21 à Paris

 

Les activités en Afrique Centrale ont effectivement débuté en avril 2011 et ont abouti à la mise en place d’un groupe de dix (10) champions.

 

Ces hommes et femmes les «dix champions», ont été choisis et formés dans le domaine du leadership, pour porter les messages et les projets  en véritables ambassadeurs.

Nul doute que dans le cadre de l’opétionnalisation de l’Accord de Paris sur le climat, l’appui attendu des Champions de l’Afrique Centrale, sous l’impulsion de ses membres qui appartiennent au groupe AGNES, constituera une contribution substantielle.

 NDJATSANA Michel

Point Focal AfricaInteract

pour l’Afrique Centrale

 

 

Exposition au forum de haut niveau sur l’AIC : Le CORAF/WECARD montre son expertise en matière d’adaptation au changement climatique à travers le projet AfricaInteract


tof standLe CORAF/WECARD a animé un stand d’exposition pendant les quatre jours du Forum de haut niveau des acteurs de l’Agriculture Intelligente face au Climat qui s’est tenu à Bamako du 15 au 18 Juin au Centre Internationale de Conférence de Bamako ( CICB).

Organisé par la CEDEAO, l’UEMOA et le CILSS, en collaboration avec d’autres organisations, ce forum a réuni plus d’une centaine de participants venus d’Afrique et d’ailleurs. Ces participants sont venus manifester leur intérêt face à la nécessité d’avoir un cadre de réflexion sur les opportunités et enjeux du changement climatique et trouver une stratégie destinée à promouvoir une agriculture intelligente face au climat (AIC).Le changement climatique, en effet, ne cesse de menacer le continent africain plus particulièrement la région ouest africaine qui est devenu très vulnérable à ses conséquences.

Le CORAF/WECARD à l’instar de 14 autres organisations participantes a animé un stand d’exposition destiné à faire connaitre ses activités.

A cet effet, une documentation riche et variée a été mise à la disposition d’une centaine de visiteurs qui ont pris connaissance des documents en Lire la suite →

Agriculture intelligente face au Climat:Une Alliance ouest-africaine lancée à Bamako

IMG_9576-430x300

  Du 15 au 18 juin 2015, à Bamako, les acteurs et partenaires des questions de changement climatique se sont retrouvés pour échanger leurs experiences et surtout les solutions dans le cadre de l’agriculture intelligente face au climat (AIC). L’un des principaux résultats atteints à l’issue de ce forum est la mise en place effective de l’Alliance ouest-africaine de l’AIC.

 A l’intar des autres régions du monde, la région de l’Afrique de l’Ouest souffre des conséquence néfastes du Changement climatique qui met en péril son économie basée sur l’agriculture et même la survie des populations. Une solution face à ce danger est d’adopter et de mettre en pratique l’Agriculture intelligente face au climatique, une approche qui consiste à adopter des outils et modèles pour atténuer les effets du changement climatique ou de s’y adapter.

Face aux nombreuses initiatives aussi bien regionals que nationales sur l’AIC, la CEDEAO, l’UEMOA et le CILSS en collaboration avec leurs partenaires scientiques et techniques ont mis en place une Alliance pour fédérer tous ces outils, modèles et initiatives ainsi que les ressources Lire la suite →

3ème conférence scientifique globale sur l’Agriculture Intelligente face au Climat:un enjeu pour du changement climatique

l-agriculture-climato-intelligente-pour-repondre-aux-enjeux-du-changement-climatique_lightbox-430x300Afin de faire face aux enjeux du changement climatique, la 3e Conférence mondiale sur l’agriculture intelligente face au climat qui s’est tenue à Montpellier du 16 au 18 mars 2015, a recommandé à la communauté scientifique de générer des données probantes et de concevoir des scénarios en faveur de transitions efficientes vers une agriculture intelligente face au climat. Cette proposition constitue l’une des recommandations majeures de la conférence.

Plus de 600 participants venant de 75 pays à travers le monde ont pris part à la 3e Conférence mondiale sur l’agriculture intelligente face au climat. Dr Abdulai Jalloh, Gestionnaire du Programme Gestion des Ressources Naturelles a représenté le CORAF/WECARD a cette conférence qui avait pour but d’explorer avec l’ensemble de la communauté scientifique les solutions combinant trois piliers de l’agriculture intelligent face au climat à savoir l’adaptation, atténuation, la sécurité alimentaire, le développement d’un environnement durable et un système alimentaire. Cela est essentiel puisque l’humanité est confrontée à des incertitudes et risques sans précédent.

 Lors de la conférence, la communauté scientifique a souligné que l’agriculture à l’avenir doit aussi relever les défis liés aux systèmes alimentaires Lire la suite →

AfricaInteract a favorisé le lien entre d’importants scientifiques africains et le Groupe africain de négociateurs pour renforcer la position de l’Afrique sur les négociations du changement climatique

scienticAfricaInteract en collaboration avec des institutions partenaires clés, notamment le Centre africain pour la politique climatique (CCAM), le Forum pour la recherche agricole en Afrique (FARA), le Marché commun pour l’Afrique orientale et australe (COMESA) et le programme du GCRAI sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire (CCAFS) a réuni un total de 35 scientifiques et de négociateurs africains à l’hôtel Eka à Nairobi du 8 au 10 Avril 2015.

L’objectif de cette rencontre était de préparer des présentations techniques sur les questions liées à l’agriculture, le genre et la gestion de la terre dans l’optique de préparer la prochaine session de la CCNUCC( Organe subsidiaire de conseil scientifique et technologique/SBSTA) qui se tiendra du 1er au 11 Juin 2015 –Suite à la réunion de deux jours, deux présentations, l’une sur le genre et le changement climatique; et un autre sur les questions liées à l’agriculture sous SBSTA ont été officiellement soumis au secrétariat exécutif de la CCNUCC .
En outre, les scientifiques de l’Assemblée ont décidé d’établir un réseau baptisé ‘’Support of support of Groupe africain de négociateurs’’ (AGNES) Lire la suite →

La dernière session du Conseil Consultatif d’AfricaInteract: s’est tenue à Nairobi

ABoardLe Conseil Consultatif du Projet continental AfricaInteract a tenu sa dernière session ordinaire, le 13 mars 2015 à Nairobi à l’issue de la conférence internationale qui a regroupé tous les acteurs et partenaires.

Organe d’orientation du projet continental AfricaInteract, le Conseil consultatif composé de 7 membres et 5 observateurs a passé en revue les résultats du projet qui s’achève après 4 années de mise en œuvre.

Le Conseil Consultatif présidé par le Directeur Exécutif du FARA a salué le travail abattu par le Coordonnateur régional, le Dr Abdulai Jalloh, Gestionnaire du Programme Gestion des ressources naturelles et ses points focaux régionaux.

Les objectifs généraux et spécifiques du projet ainsi que les acquis ont été présentés par le Coordonnateur régional.

Le projet a permis de faciliter l’interaction entre les chercheurs et les décideurs politiques africains sur les questions d’adaptation au changement climatique; Lire la suite →